Dossier
Patrimonialiser l’habiter : quels usages deviennent-ils patrimoine ?
Imprimer Envoyer par email Facebook Twitter
Pour citer cet article :

Lecœur, Christelle, « Le rôle des réseaux sociaux dans l’identification du patrimoine domestique libanais », dossier « Patrimonialiser l’habiter : quels usages deviennent-ils patrimoine ? », 14 février 2019, www.reseau-lieu.archi.fr/a31

Le rôle des réseaux sociaux dans l’identification du patrimoine domestique libanais

Par Christelle Lecœur
Architecte, chercheur au laboratoire ACS - UMR AUSser 3329 et maître de conférences associé à l’ENSA de (...)

Résumé
Le Liban a connu pendant quinze ans (1975-1989) une longue guerre civile qui a engendré exil, diaspora, déplacement de populations et squats.
Aujourd’hui encore dans le territoire de Beyrouth, sa capitale, et territoire support de nos propos, des immeubles de logement ou maisons demeurent abandonnés, laissés bien souvent dans l’urgence par leurs habitants avec leur contenu, même le plus intime. Parfois, ils ont été réinvestis par des réfugiés de tout horizon subissant les troubles de la région. Parfois, ils sont comme des archives ouvertes d’un quotidien fracturé, une accumulation de traces de vie qu’un archéologue pourrait étudier comme témoignage de décennies récentes.
De part ce statut d’abandon qui ne semble guère temporaire, certains de ces immeubles ou maisons font partie aujourd’hui d’un bâti menacé par la pression foncière vertigineuse de la ville et sa financialisation alors qu’il est souvent considéré comme un patrimoine à protéger, qu’ils soient considéré comme « traditionnel » (1) mais aussi, bien que plus rarement, moderne.
Plus visible et emblématique auprès de l’opinion, ce patrimoine dit traditionnel est principalement représenté (mais pas uniquement, nous le montrerons) par la maison à trois arcs, typologie architecturale métissée tardive et hybride qui cependant fait consensus dans la construction de l’identité patrimoniale commune libanaise, l’un des enjeux de la prise de conscience de sauvegarde d’un héritage partagé. Bien qu’il ait fait l’objet d’un inventaire officiel, ce dernier n’en a pas moins été largement amputé, en l’absence d’une réelle législation engagée, pour des raisons de rentabilité foncière et spéculative.
Aussi, bien qu’identifiés comme un patrimoine reconnu mais en danger, ces immeubles disparaissent peu à peu du tissu urbain, effaçant une certaine échelle domestique ainsi que des espaces de végétation et de nature préservée en ville et plus particulièrement dans les quartiers historiques, laissant place à des tours ou immeubles de grande hauteur, occupant toute la parcelle par souci de rentabilité et transformant durablement un paysage urbain en pleine croissance.
Des associations et institutions se mobilisent pour évaluer ce patrimoine et le faire connaître à travers divers outils de communication comme des promenades urbaines organisées. Des opérations de sauvetage sont opérées également, notamment par le biais touristique. Cependant, aujourd’hui, la meilleure lisibilité que ce patrimoine connaît pour sa sauvegarde se trouve sur les réseaux sociaux et notamment facebook mais surtout instagram, les deux se dédoublant et recoupant aisément. Or, plus que par des associations à vocation patrimoniale ou culturelle comme savebeirutheritage, beirutheritage, la meilleure visibilité faite à ces bâtiments se trouvent sur des sites d’urbex, pratique encore émergente au Liban, mais regroupant un groupe identifié et indentifiables d’acteurs aux intentions variables. Elles peuvent être esthétiques, photographiques, mémorielles, transgressives voire économiques mais toutes jouent cependant de cette articulation du secret (sans divulguer les adresses des bâtiments) et du public (la plublication en soi sur internet et aussi le fait que beaucoup de bâtiments sont très connus et donc facilement identifiables)
Ces sites, par des liens comme urbexbeirut, urbexlebanon, ou ceux liés à des individus membres d’une communauté d’urbex … constitue de manière expansive une véritable base de données, voire un inventaire qui n’existe pas réellement sous une autre forme et crée un registre aujourd’hui éparpillé et non constitué si ce n’est que virtuellement, reconnaissant une valeur à l’habitat comme patrimoine à documenter et sauvegarder.
Partant de l’analyse de plusieurs sites et de la construction du phénomène de l’urbex, l’article proposera à partir de rencontres et d’interviews de ses acteurs, un panorama élargi à la fois de la pratique même de l’urbex au Liban, des sites, des intentions mais également à travers les lieux repérés, les commentaires présentés. Il définira comment ils révèlent une architecture domestique élargie en terme d’architecture, la maison dite traditionnelle étant souvent dépassée par d’autres références qui ouvrent de nouvelles dimensions patrimoniales et les valorisent dans une démarche participative avec cependant le risque de part cette nouvelle forme de médiatisation d’en détourner les bénéfices patrimoniaux pour raisons économiques.

(1) Le terme est utilisé dans les titres de signalétique de rues considérées comme à caractère traditionnel.

Dossier

De la trace au patrimoine

Acteurs et enjeux de la patrimonialisation d’un quartier d’immigration auto-construit à Marseille
Par Karine Basset
Le cas de l’île de Djerba

Le menzel et le houch.

Un mode d’occupation du sol et d’habitat patrimoine culturel matériel ou patrimoine culturel immatériel ?
Par Mathilde Bielawski

À la recherche du village idéal

Lecture croisée de deux projets de réhabilitation en France et en Italie
Par Lucie Boissenin

Le label pour le bain

Patrimonialisation par l’usage dans un grand ensemble d’habitations collectives à Toulouse
Par Audrey  Courbebaisse

Communs et ville : patrimonialisation ou métissage socio-politique ?

Par Maria Francesca De Tullio, Giuseppe Micciarelli

Firminy-Vert.

L’habiter au cœur de contradictions entre patrimonialisation et renouvellement urbain
Par Jean-Michel Dutrueil, Rachid Kaddour

Nemausus, patrimonialisation d’une architecture vécue

Par Anne Debarre

« A true parisian chambre de bonne »

Par Deborah Feldman

Légitimer par le patrimoine.

Les communautés denses historiques dans la métropole de Bangkok
Par Fanny  Gerbeaud

Les pratiques de réparation spontanées durant la guerre du Liban.

Vers un nouveau récit du bâti de la ville de Beyrouth
Par Mazen  Haidar

Habiter dans une maison Castor.

Une patrimonialisation difficile
Par Noël Jouenne

Le rôle des réseaux sociaux dans l’identification du patrimoine domestique libanais

Par Christelle Lecœur

L’utile ou le beau.

Les valeurs exclusives du patrimoine habité au XXIe siècle
Par Sandra Parvu

Habitat en Lutte

Représentations du droit à la ville dans le Musée Historique National du Brésil
Par Leandro Peredo

L’habitat rural traditionnel khmer.

Une patrimonialisation difficile par les populations du Cambodge
Par Sébastien  Preuil

Chikan : un district, deux contes.

Revitalisation d’une tradition religieuse locale et régénération d’un quartier de l’ancienne concession française à Zhanjiang, Chine
Par Shanshan Zheng