Dossier
Patrimonialiser l’habiter : quels usages deviennent-ils patrimoine ?
Imprimer Envoyer par email Facebook Twitter
Pour citer cet article :

HADBI Ryma, « Faire patrimoine / Faire projet à l’Abbaye,. la Capuche et Jean Macé Trois cités HBM grenobloises au devenir contrasté », dossier « Patrimonialiser l’habiter : quels usages deviennent-ils patrimoine ? », 8 janvier 2020, www.reseau-lieu.archi.fr/a50

Faire patrimoine / Faire projet à l’Abbaye,
la Capuche et Jean Macé Trois cités HBM grenobloises au devenir contrasté

Par  HADBI Ryma
Urbaniste, doctorante à l’École d’Architecture de Grenoble et membre de l’équipe CRESSON (UMR Ambiances, Architectures, (...)

Résumé
Le projet de recherche que je vous présente interroge ce qui fait patrimoine dans trois cités HBM de Grenoble construites dans les années 1920-1930 : les cités de la Capuche, l’Abbaye et Jean Macé.
À l’origine similaires dans leur contexte de construction, ces dernières ont connu des transformations différentes : la Capuche a été rénovée en 1980, Jean Macé a connu une démolition-reconstruction en 2008 avec la conservation d’un seul bâtiment et à l’Abbaye le projet de réhabilitation d’une partie du bâti et la démolition-reconstruction d’une autre partie se débat toujours dans le contexte du projet de renouvellement urbain du quartier. Pour cela, on s’appuie sur l’hypothèse que ce qui fait patrimoine dans ces cités articule trois valeurs patrimoniales : valeur historique, valeur d’usage et valeur de renouvellement (Amphoux, 2015). Ce qui est primordial dans cette démarche c’est la valeur que l’on accorde aux habitants et à leurs attaches car c’est dans la parole des habitants que l’on retrouve les représentations diffuses ou expressives qui articulent ces trois valeurs patrimoniales. Elles permettent de donner une reconnaissance à des éléments qui à première vue ne sont pas toujours perçus comme un héritage commun qui sans cesse évolue, intègre des mutations, des ruptures et des changements. C’est en résumé, décaler ce qui fait patrimoine des objets vers les personnes qui habitent le lieu et qui le pratiquent.
Cette recherche aspire à proposer une démarche d’étude pour penser les mutations d’un lieu en tenant compte du vécu des habitants et de la singularité de chaque lieu en lisant dans le passé et le présent « ses gènes » (Torres, 2016, à propos de P.Geddes) afin qu’il puisse se renouveler. En partant du principe que le récit des usages et des pratiques, les mémoires individuelles et la mémoire collective dans ces cités sont imprégnés d’émotions qui manifestent l’attachement des habitants à leur quartier, la charge émotionnelle investie dans ces éléments compose de façon plurielle le récit du lieu. L’attachement montre qu’il y a une qualité, une valeur investie dans l’objet, dans l’histoire, dans le lieu en question. Cela implique qu’il y a des attaches, des liens qui se nouent, se dénouent au fil du temps entre les habitants et les lieux. C’est pour cette raison qu’il est nécessaire, dans ce travail, d’articuler la notion d’attachement et de patrimoine afin de faire émerger une piste d’entrée décalée sur la représentation de ce qui fait patrimoine pour faire projet tout en gardant les qualités humaines d’un lieu par la transmission de la mémoire urbaine comme bien commun entre les anciens et les nouveaux habitants.
La démarche méthodologique entreprise vise à prendre en compte la particularité de chaque cité et - à partir d’une base commune - s’adapter au fur et à mesure de l’avancement de la recherche, avec l’ambition principale de mobiliser à la fois la dimension sociale, sensible et construite. Ce protocole est, en partie, déjà expérimenté à l’Abbaye (Hadbi, 2017) et il dévoile une multiplicité d’éléments qui font patrimoine dans ces anciennes cités ouvrières en révélant la nature et l’intensité de l’attachement des habitants à leur cité.

Image : Cité Jean Macé,10 octobre 2018, Grenoble, photographie personnelle.

Bibliographie
—  AMPHOUX Pascal. TIXIER Nicolas, 2015, Passages augmentés – Patrimoine de demain. Traversées urbaines, la marche, le récit et le numérique. Programme Exploratoire Premier Soutien.
—  CHOAY Françoise, 1992, L’allégorie du patrimoine, Paris, Éditions du Seuil.
—  HADBI Ryma, 2017, Le patrimoine ici, c’est nous. Quartier de l’Abbaye, Grenoble, Mémoire de master 2 mention recherche, Grenoble : Institut d’Urbanisme de Grenoble. Adresse  : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01561715/document
—  HATZFELD Hélène, 2015, Regards décalés sur des patrimoines silencieux, Boulogne-Billancourt, Éditions ateliers H. Dougier.
—  HEINICH Nathalie, 2012, « Les émotions patrimoniales  : de l’affect à l’axiologie », Social Anthropology, vol. 20, n° 1. Adresse  : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1469-8676.2011.00187.x/abstract
—  RAUTENBERG Michel, 2003, La rupture patrimoniale, Grenoble, Éditions A la croisée.
—  SANSOT Pierre, 1994, Poétique de la ville, Paris, Éditions Méridiens-Klincksieck.
—  TORRES ASTABURUAGA Adrian et al., 2016, « Mémoire du futur, from old roots to new shoots. Patrick Geddes in India (1914-1924) », Espaces et sociétés, n°167/4.

Dossier
Le cas de l’île de Djerba

Le menzel et le houch.

Un mode d’occupation du sol et d’habitat patrimoine culturel matériel ou patrimoine culturel immatériel ?
Par Mathilde Bielawski

À la recherche du village idéal

Lecture croisée de deux projets de réhabilitation en France et en Italie
Par Lucie Boissenin

Faire patrimoine / Faire projet à l’Abbaye,

la Capuche et Jean Macé Trois cités HBM grenobloises au devenir contrasté
Par  HADBI Ryma

De la trace au patrimoine

Acteurs et enjeux de la patrimonialisation d’un quartier d’immigration auto-construit à Marseille
Par Karine Basset

Le label pour le bain

Patrimonialisation par l’usage dans un grand ensemble d’habitations collectives à Toulouse
Par Audrey  Courbebaisse

Communs et ville : patrimonialisation ou métissage socio-politique ?

Par Maria Francesca De Tullio, Giuseppe Micciarelli

Firminy-Vert.

L’habiter au cœur de contradictions entre patrimonialisation et renouvellement urbain
Par Jean-Michel Dutrueil, Rachid Kaddour

Nemausus, patrimonialisation d’une architecture vécue

Par Anne Debarre

« A true parisian chambre de bonne »

Par Deborah Feldman

Légitimer par le patrimoine.

Les communautés denses historiques dans la métropole de Bangkok
Par Fanny  Gerbeaud

Les pratiques de réparation spontanées durant la guerre du Liban.

Vers un nouveau récit du bâti de la ville de Beyrouth
Par Mazen  Haidar

Habiter dans une maison Castor.

Une patrimonialisation difficile
Par Noël Jouenne

Le rôle des réseaux sociaux dans l’identification du patrimoine domestique libanais

Par Christelle Lecœur

L’utile ou le beau.

Les valeurs exclusives du patrimoine habité au XXIe siècle
Par Sandra Parvu

Habitat en Lutte

Représentations du droit à la ville dans le Musée Historique National du Brésil
Par Leandro Peredo

L’habitat rural traditionnel khmer.

Une patrimonialisation difficile par les populations du Cambodge
Par Sébastien  Preuil

Chikan : un district, deux contes.

Revitalisation d’une tradition religieuse locale et régénération d’un quartier de l’ancienne concession française à Zhanjiang, Chine
Par Shanshan Zheng