Dossier
Patrimonialiser l’habiter : quels usages deviennent-ils patrimoine ?
Imprimer Envoyer par email Facebook Twitter
Pour citer cet article :

Basset, Karine, « De la trace au patrimoine. Acteurs et enjeux de la patrimonialisation d’un quartier d’immigration auto-construit à Marseille », dossier « Patrimonialiser l’habiter : quels usages deviennent-ils patrimoine ? », 14 février 2019, www.reseau-lieu.archi.fr/a40

De la trace au patrimoine
Acteurs et enjeux de la patrimonialisation d’un quartier d’immigration auto-construit à Marseille

Par Karine Basset
Docteur en Histoire contemporaine, Karine Basset est maître de conférence à l’Institut d’urbanisme et de géographie alpine (...)

Résumé
Les opérations de rénovation urbaine donnent lieu, depuis la fin des années 1980, à des actions de collecte et de mises en visibilité des mémoires des habitants des quartiers détruits, tissant à la fois un récit de la « localité » (la mémoire des résidents) et des parcours migratoires (Baussant, Chauliac, Dos Santos, Ribert, Venel : 2014). L’îlot Chieusse Pasteur, dans le XVIe arrondissement de Marseille, fait l’objet d’un processus de patrimonialisation qui débute à la fin des années 1990, lorsqu’est programmée la démolition-reconstruction de ce quartier construit par des générations d’immigrants successifs (Barou, 1986).
Cette patrimonialisation (1) présente plusieurs particularités intéressantes. Elle est d’abord celle d’un artefact, la maquette de l’ilot, réalisée par un collectif d’architectes réagissant à l’annonce de destruction, puis « redécouverte » dix ans après par d’autres acteurs qui s’inquiètent de la dégradation et de la possible perte de cet objet-mémoire et militent pour l’entrée de la maquette au Musée d’histoire de la ville de Marseille (Urbanisme, 2017). Emerge alors un débat sur le statut de cet objet patrimonial et sur la possibilité de produire, à partir de l’image reconstruite de l’habitat, une mémoire de l’habiter et un récit de l’histoire sociale dépassant le seul récit du lieu. L’analyse de ce débat, articulée à une archéologie des discours de toute nature qui ont permis l’accession partielle d’un lieu d’immigration populaire à la dignité patrimoniale, permet d’aborder plusieurs questions :
—   L’objet-mémoire (la maquette) peut-il combler le littéralement « trou de mémoire » (Chavanon, 1997) qu’est devenu le lieu ?
—   Quelle articulation entre le travail mémoriel opéré à travers la maquette et le projet architectural de reconstruction/relogement, censé reproduire la singularité de l’habiter à Chieusse-Pasteur ?
—   Dans quelle mesure le projet muséal, centré sur l’artefact, participe-t-il d’un « processus d’effacement institué des mémoires migratoires » des habitants (Bertheleu, Dassié, Garnier, 2017), au profit de la seule mémoire dépolitisée des lieux ?

Travail sur l’histoire et la mémoire d’un quartier de l’Estaque, avec les élèves de CM1 et CM2. Photo : J. Vialle, 2009

Note
(1) En suivant M. Rautenberg (2003), on adoptera la définition : un processus évolutif, au cours duquel une « chose » est reconnue de manière inédite (il y a changement de regard) comme héritage d’une communauté (au sens large), authentifiée comme telle par une autorité et pouvant aboutir à la conservation ou à des mesures de préservation de la chose elle-même dans sa matérialité ou de l’idée qu’elle porte.

Bibliographie
Baussant M., Chauliac M., Dos Santos I., Ribert E., Venel E., « Introduction », Communications, n°100 Des passés déplacés, mémoires des migrations, 2014, p. 10-17.
Barou Jacques, « Genèse et évolution d’un village urbain. Un groupe d’émigrés algériens dans un ensemble d’îlots du XVIe arrondissement de Marseille », Ethnologie française, 16/1, janv-mars 1986, p. 59-76.
Bertheleu H., Dassié V., Garnier J., « Mobilisations, ancrages et effacement de la mémoire », dans N. Barbe et M. Chauliac, L’immigration aux frontières du patrimoine, 2014, p. 25-42.
Chavanon O., « Où sont passés nos villages nègres », Revue européenne des migrations internationales, 1997/1, p. 191-200.
« De la trace au patrimoine, histoire d’une maquette », interview de Sophie Deshayes et Bertrand Reymondon, Urbanisme, 2017, n°406 Actualité du bidonville, p. 45-46.

Dossier

De la trace au patrimoine

Acteurs et enjeux de la patrimonialisation d’un quartier d’immigration auto-construit à Marseille
Par Karine Basset
Le cas de l’île de Djerba

Le menzel et le houch.

Un mode d’occupation du sol et d’habitat patrimoine culturel matériel ou patrimoine culturel immatériel ?
Par Mathilde Bielawski

À la recherche du village idéal

Lecture croisée de deux projets de réhabilitation en France et en Italie
Par Lucie Boissenin

Le label pour le bain

Patrimonialisation par l’usage dans un grand ensemble d’habitations collectives à Toulouse
Par Audrey  Courbebaisse

Communs et ville : patrimonialisation ou métissage socio-politique ?

Par Maria Francesca De Tullio, Giuseppe Micciarelli

Firminy-Vert.

L’habiter au cœur de contradictions entre patrimonialisation et renouvellement urbain
Par Jean-Michel Dutrueil, Rachid Kaddour

Nemausus, patrimonialisation d’une architecture vécue

Par Anne Debarre

« A true parisian chambre de bonne »

Par Deborah Feldman

Légitimer par le patrimoine.

Les communautés denses historiques dans la métropole de Bangkok
Par Fanny  Gerbeaud

Les pratiques de réparation spontanées durant la guerre du Liban.

Vers un nouveau récit du bâti de la ville de Beyrouth
Par Mazen  Haidar

Habiter dans une maison Castor.

Une patrimonialisation difficile
Par Noël Jouenne

Le rôle des réseaux sociaux dans l’identification du patrimoine domestique libanais

Par Christelle Lecœur

L’utile ou le beau.

Les valeurs exclusives du patrimoine habité au XXIe siècle
Par Sandra Parvu

Habitat en Lutte

Représentations du droit à la ville dans le Musée Historique National du Brésil
Par Leandro Peredo

L’habitat rural traditionnel khmer.

Une patrimonialisation difficile par les populations du Cambodge
Par Sébastien  Preuil

Chikan : un district, deux contes.

Revitalisation d’une tradition religieuse locale et régénération d’un quartier de l’ancienne concession française à Zhanjiang, Chine
Par Shanshan Zheng