Dossier
Patrimonialiser l’habiter : quels usages deviennent-ils patrimoine ?
Imprimer Envoyer par email Facebook Twitter
Pour citer cet article :

Feldman, Deborah, « « A true parisian chambre de bonne » », dossier « Patrimonialiser l’habiter : quels usages deviennent-ils patrimoine ? », 14 février 2019, www.reseau-lieu.archi.fr/a36

« A true parisian chambre de bonne »

Par Deborah Feldman
Architecte, photographe et illustratrice, Deborah Feldman a soutenu son mémoire de recherche à l’ENSA De Paris La Villette (...)

Résumé
La crise des subprimes s’est révélée être l’aube d’un nouveau modèle économique ; sans production, tourné autour de l’exploitation de potentiels dormants, inutilisés. Avec la baisse du pouvoir d’achat, l’autorisation d’usage se substitue peu à peu au cumul de biens propre au capitalisme ; obtenir l’accès compense l’impératif de posséder (Netflix vs dvd). En 2008, cette nouvelle économie dite du partage émerge en s’appuyant sur les dispositifs et les méandres des réseaux sociaux et le nouveau régime scopique qu’ils imposent. Afin de normaliser cette nouvelle forme de partage entre inconnus, les réseaux offrent « l’espace » necessaire pour la mise en récit et finalement l’échange. Le lit dans la chambre d’enfant parti faire ses études n’est pas un simple meuble, mais une marchandise si l’appareil necessaire est mis en place afin de le montrer et de le valoriser sur le marché.
Une des branches les plus développes de l’économie du partage s’occupe de la mise en relation d’individus pour de la location immobilière. Airbnb, la plus importante plateforme du secteur, offre àses usagers la possibilité de capitaliser l’excès d’espace pour arrondir les fins de mois et aux touristes une alternative moins chère àl’hotel. Airbnb construit sa stratégie de vente sur l’idée que pendant un voyage, une vraie immersion culturelle ne peut être atteinte qu’en habitant dans le cadre ordinaire de vie d’un des locaux. Le patrimoine de Paris n’est plus circonscrit àses rues et musées mais à l’expérience d’habiter dans un appartement « parisien ». Une chambre de bonne, symbole de l’habitat précaire et des loyers immodérés, devient archétype du vivre à la parisienne.
Le chemin à parcourir pour accéder au féroce marché immobilier en ligne est attentivement encadré par Airbnb qui propose (impose) une série d’actions préparatrices auxquelles soumettre son chez-soi. Les conseils varient entre deux injonctions àpremière vue antagoniques : l’épuration et la personnification. La première est le moteur d’un fin mécanisme de standardisation, qui est censée amener l’habiter à son degré zéro, identifiable et praticable par quiconque. Ensuite la personnification s’opère à la fois à travers une mise en scène des objets de pouvoir (objet-récit) et un embellissement des surfaces (placage ou décapage). C’est l’assainissement du chez-soi qui prépare la réception d’une charge expressive et qui permet la patrimonialisation de l’habiter ordinaire.
La mise en scène du cadre spatial est censée raconter une histoire sur le mode de vie, le chez- soi comme objet fétiche. Il ne répond plus àla question primaire de l’abri mais une fois symbole devient bien de consommation. La chambre de 10m2, rendue patrimoine, est la plus petite unité urbaine qui met en place un processus de dépossession et de paupérisation d’une classe moyenne qui peut seulement patrimonialiser ou partir. La patrimonialisation du chez-soi est une dérivation du processus de patrimonialisation du soi auquel nous assistons sur les réseaux sociaux. La patrimonialisation est d’autant une démarche économique qu’une stratégie de survie.

appartement à louer www.leboncoin.fr, 26 janvier 2019

Dossier

De la trace au patrimoine

Acteurs et enjeux de la patrimonialisation d’un quartier d’immigration auto-construit à Marseille
Par Karine Basset
Le cas de l’île de Djerba

Le menzel et le houch.

Un mode d’occupation du sol et d’habitat patrimoine culturel matériel ou patrimoine culturel immatériel ?
Par Mathilde Bielawski

À la recherche du village idéal

Lecture croisée de deux projets de réhabilitation en France et en Italie
Par Lucie Boissenin

Le label pour le bain

Patrimonialisation par l’usage dans un grand ensemble d’habitations collectives à Toulouse
Par Audrey  Courbebaisse

Communs et ville : patrimonialisation ou métissage socio-politique ?

Par Maria Francesca De Tullio, Giuseppe Micciarelli

Firminy-Vert.

L’habiter au cœur de contradictions entre patrimonialisation et renouvellement urbain
Par Jean-Michel Dutrueil, Rachid Kaddour

Nemausus, patrimonialisation d’une architecture vécue

Par Anne Debarre

« A true parisian chambre de bonne »

Par Deborah Feldman

Légitimer par le patrimoine.

Les communautés denses historiques dans la métropole de Bangkok
Par Fanny  Gerbeaud

Les pratiques de réparation spontanées durant la guerre du Liban.

Vers un nouveau récit du bâti de la ville de Beyrouth
Par Mazen  Haidar

Habiter dans une maison Castor.

Une patrimonialisation difficile
Par Noël Jouenne

Le rôle des réseaux sociaux dans l’identification du patrimoine domestique libanais

Par Christelle Lecœur

L’utile ou le beau.

Les valeurs exclusives du patrimoine habité au XXIe siècle
Par Sandra Parvu

Habitat en Lutte

Représentations du droit à la ville dans le Musée Historique National du Brésil
Par Leandro Peredo

L’habitat rural traditionnel khmer.

Une patrimonialisation difficile par les populations du Cambodge
Par Sébastien  Preuil

Chikan : un district, deux contes.

Revitalisation d’une tradition religieuse locale et régénération d’un quartier de l’ancienne concession française à Zhanjiang, Chine
Par Shanshan Zheng