Dossier
Habiter la patrimonialisation : être citoyen ?
Imprimer Envoyer par email Facebook Twitter
Pour citer cet article :

Iosa, Ioana, « Usage de la patrimonialisation d’un espace habité et citoyenneté. L’expérience Rosia Montana, Roumanie », dossier « Habiter la patrimonialisation : être citoyen ? », 1er février 2017, www.reseau-lieu.archi.fr/a6

Essai
Usage de la patrimonialisation d’un espace habité et citoyenneté
L’expérience Rosia Montana, Roumanie

Par Ioana Iosa
Ioana Iosa est architecte-urbaniste, docteure en urbanisme et aménagement et maître-assistante à l’École nationale (...)

Résumé A partir de la revendication de reconnaissance de la part de l’UNESCO de la valeur de paysage culturel du village minier paupérisé de Rosia Montana/Roumanie, menacé depuis 1999 par l’exploitation au cyanure de son or, il s’agit de questionner le statut de citoyen, entendu ici comme ensemble de droits et devoirs envers son pays. Ce terrain d’analyse nous permettra de questionner les rééquilibrages de pouvoir récents entre le monde politique et économique d’une part et les figures de l’engagement d’autre part (habitants, experts incontestés réunis dans des institutions-phares roumaines ou encore communautés diasporiques roumaines éclairées). En ce sens, le processus de patrimonialisation du village nous servira de toile de fond pour identifier les acteurs en présence, leurs arguments et les effets de leurs actions, dont certains feront école.

Abstract Drawing on experts’ and inhabitants’ demands to UNESCO to list the impoverished mining village of Rosia Montana/Romania (which has been threatened by cyanide open cast mining since 1999) as a World Heritage Site, we explore citizenship status, understood here as the rights and duties towards one’s country. This field of analysis will allow us to explore the recent rebalancing between the political and economic powers on the one hand and engaged actors on the other hand (inhabitants, undisputed experts from Romanian flagship institutions or informed Romanian diaspora communities). In this sense, the heritage creation process of the village will serve as a backdrop for identifying the players involved, their arguments and the effects of their actions, some of which will gain a following.

Avant-propos méthodologique

Le travail de recherche à l’origine de cette communication est avant tout documentaire : ouvrages, articles de presse et sources médiatiques, tant roumaines que françaises. Parallèlement, une veille scientifique et événementielle constante, plusieurs visites de Rosia Montana et de multiples rencontres avec les acteurs impliqués dans les processus de défense écologique et de mise en patrimoine, m’ont permis d’enrichir ce travail et de l’actualiser.

Une enclosure [1] de taille

En 1999, la compagnie Rosia Montana Gold Corporation (RMGC, dont 80% des actions sont détenues par l’entreprise minière canadienne Gabriel Ressources et 20% par l’Etat roumain) obtient la licence d’exploitation de l’or à ciel ouvert avec usage de cyanures sur les terres de la première localité attestée en Roumanie – Alburnus Maior, 131 apr. J.-C. – aujourd’hui commune pluriethnique, multi religieuse et paupérisée dont une partie de l’héritage bâti date du XVIIIe siècle. L’exploitation nécessiterait d’anéantir deux monuments naturels et d’aménager 363 ha d’étang de résidus toxiques à moins de 6 km d’une commune de 6 000 habitants située en contrebas, ainsi que la délocalisation des habitants du village et l’abandon des onze cimetières et sept églises, ce qui correspondrait à la plus grande menace écologique, sociale et mémorielle connue dans la Roumanie du IIIe millénaire.

L’Etat roumain invite, de 1999 à 2011, des chercheurs de l’Université Toulouse Le Mirail à étudier les 70 km de galeries (dont 3-4 km de galeries romaines et 4-5 km de galeries médiévales) pour décider de leur valeur.

© Lorin Niculae, http://rosia-montana-cultural-foundation.com/heritage/

Parallèlement, la RMGC ouvre une campagne agressive de médiatisation du projet, d’achat des maisons et d’expulsion des habitants, ainsi que de nuisance professionnelle aux opposants au projet. Dans ce sens, RMGC achète la grande partie des propriétés pour les laisser se dégrader [2], afin de pouvoir rendre la demande de déclassement légitime [3] (Barraud, 2015), pratique largement utilisée dans la Roumanie post-communiste et notamment à Bucarest.

© Ioana Iosa, août 2014
© Ioana Iosa, août 2014
© Ioana Iosa, août 2014

En réponse à cette menace, l’association Alburnus Maior est créée en septembre 2000. Son opposition au projet se traduit par la mobilisation d’arguments sociaux, environnementaux, économiques, juridiques et plus tard, culturels.

Source : http://www.rosiamontana.org

Des avocats bénévoles se mobilisent et de 1999 à 2013, environ vingt avis favorables au projet minier sont rejetés en dernière instance. Des formes de soutien aux actions de l’association (expertise, communication, sensibilisation du grand public et des instances locales, nationales et supranationales) se cristallisent de 2000 à 2009. Elles rassemblent l’Eglise Orthodoxe Roumaine (plus de 80% des roumains sont orthodoxes, la plupart pratiquants) ; des figures majeures de l’intelligentsia roumaine dont l’expertise en matière de valeur archéologique, architecturale et paysagère n’est pas remise en cause [4] ; des figures internationales [5] ; mais aussi des figures du cinéma et du monde artistique [6], etc. Il faudrait ajouter à cela les actions individuelles ou de groupe [7] - ainsi que le soutien aux militants d’Alburnus Maior, manifesté massivement par la diaspora roumaine du monde entier, permettant la cristallisation des alliances ainsi qu’une évidente mise en visibilité du conflit d’intérêts.

Suite à cette ébullition civique, on assiste à partir de 2009 à une prise de conscience de la valeur du patrimoine local (archéologique, naturelle, architecturale, paysagère, culturelle) invoquée lors de la mobilisation pour l’inscription de Rosia Montana sur la liste indicative de l’UNESCO, car respectant quatre critères de sélection sur dix [8]. Parallèlement, l’association ARA (architecture, restauration, archéologie) [9] conçoit le programme palliatif « Adopte une maison » et les workshops d’été ambitionnant de restaurer les maisons des habitants « irréductibles », en guise de manifeste. Revenant à la procédure d’inscription, en 2009 et en 2010, l’association ARA demande deux fois de suite au Ministère de la Culture l’inscription de Rosia Montana sur la liste indicative du patrimoine mondial. En 2010, Pro Patrimonio, ICOMOS et l’Académie Roumanie réclament par le biais d’une déclaration commune cette même inscription, tout comme l’Union des Architectes de Roumanie en 2011. La Commission Nationale des Monuments Historiques vote à l’unanimité l’inscription sur cette liste et la 17e assemblée générale de l’ICOMOS [10] la recommande aux autorités roumaines, ce qui ne peut que renforcer la prise de position d’Europa Nostra [11] qui inscrit en 2013 le village dans le programme « 7 sites les plus menacés ».

Cependant, l’inscription sur la liste du patrimoine mondial, qui reste une compétence des pouvoirs publics, ne se concrétise toujours pas [12] dans le contexte national roumain d’« oligarchie libérale consolidée » d’après les mots de Marcelo Lopes de Souza (Gintrac, Giroud, 2014). Dans le même sillon, en 2010, le Parlement européen vote pour l’interdiction de l’exploitation à base de cyanures sur le territoire européen, mais laisse l’application de cette initiative législative à la latitude des Etats. Sans aucune surprise, l’Etat roumain ne ratifie pas non plus cette directive européenne. En guise de réponse, les contestataires du projet officiel conçoivent un contre-projet de développement doux par le biais de l’agro-tourisme (la première maison d’hôtes date de 2008), de l’entrepreneuriat (savoir-faire, main d’œuvre et matériaux locaux) et de la performance artistique, notamment de Fânfest [13] - le festival du foin, les premières éditions datant de 2004-2007. Nous pouvons donc faire le constat que l’héritage naturel et l’héritage bâti - le village et les galeries minières – font de nos jours l’objet d’un argumentaire susceptible de garantir un contre-projet d’aménagement « doux » s’appuyant sur l’agro-tourisme et les savoir-faire locaux. Cela nous permet de formuler l’hypothèse d’une patrimonialisation bottom-up de Rosia Montana, qui serait effective en dépit de l’absence de reconnaissance du Ministère de la Culture et de la Communication. Celle-ci serait rendue possible notamment par la reconnaissance que lui manifestent les institutions roumaines investies d’une capacité d’expertise ce qui renforcerait l’idée que, de nos jours, le patrimoine nécessite d’être plébiscité, reconnu par une communauté de référence et que le temps du patrimoine « imposé par le haut » est révolu.

Source: www.fanfest.ro/programme. Edition 2014
Source: www.fanfest.ro/programme. Edition 2014
Source: www.fanfest.ro/programme. Edition 2014

Pour revenir aux modes d’actions moins élitaires et disposant d’une plus grande force de frappe, le recours à la satire politique [14] et aux réseaux sociaux numériques [15] est également remarquable dans ce combat inégal entre l’État roumain qui délègue son pouvoir à une multinationale privée et les habitants du village.

Source : https://www.facebook.com/MindBombProject/photos/

Par exemple, en 2013, lors de la tentative de modification de la loi des mines n°85 de 2003 (approuvée par le Sénat et les commissions de la Chambre des députés en 2011) qui déclarait l’action privée de RMGC « d’utilité publique » les militants, artistes et bénévoles ont enclenché la « grande expropriation » (les grands propriétaires privés et les gestionnaires des biens publics recevaient devant la caméra un certificat d’expropriation émis par des associations dénonciatrices des abus de la classe politique). Cette action s’est soldée par 150 000 signatures contre la loi et la « chute boursière » vertigineuse de Gabriel Ressources (Gotiu, 2013). Quelques mois plus tard, la proposition de loi dite « de l’expropriation nationale » pour Rosia Montana a généré des soulèvements à Cluj et à Bucarest et l’occupation massive de l’espace public. Les protestations en masse, connues sous le nom de « l’automne roumain » ont mené à abandon de la loi. Plus récemment, en juin 2015, RMGC a déposé une plainte [16]au Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI) de la Banque mondiale pour la résolution des disputes d’investissement, contre l’Etat roumain qu’elle accusait d’avoir violé le contrat de partenariat. Cela a été interprété par les associations de défense de Rosia Montana comme la reconnaissance de la part de RMGC de l’abandon du projet. Néanmoins, la demande de juin 2016 d’Alburnus Major de participer à l’arbitrage en qualité d’Amicus Curiae a reçu une réponse négative, ce qui alimente le soupçon de l’association concernant l’intention et la capacité des représentants de l’Etat roumain de défendre l’intérêt public [17].

Précédemment, fin 2015, le ministre de la Culture, Vlad Alexandrescu, fraichement nommé, installe à la tête de l’Institut national du patrimoine, l’architecte Stefan Balici, membre du conseil d’Europa Nostra de 2014 à 2017 et défenseur de l’héritage culturel de Rosia Montana par le biais de l’association ARA dont il est le vice-président. De même, le 15 janvier 2016, lors du Gala de l’Administration du fond culturel national (AFCN) pour les organisations non gouvernementales et les managers de la culture, l’AFCN, bras armé du ministère, accorde le « prix pour l’activation du patrimoine immatériel » [18] à l’association Alburnus Maior pour l’organisation de Fân Fest, comme le plus grand événement culturel militant de Roumanie. Le 6 février 2016, date de la célébration de 1885 années d’existence de la commune [19], le même ministre annonce publiquement l’inscription de Rosia Montana sur la liste indicative du Patrimoine mondial de l’Unesco. Enfin, le 4 janvier 2017, la nouvelle ministre de la culture, Corina Suteu, décide de répondre aux pressions de la société civile (pétitions et manifestations) et d’envoyer le dossier « Le Paysage culturel minier Rosia Montana » à l’Unesco, malgré l’hésitation de son propre gouvernement, hésitation qui avait scandalisé la société civile quelques jours plus tôt.

La « leçon » Rosia Montana

Mon intérêt pour cette prise de conscience de la valeur du patrimoine local, au moment où la menace écologique devient critique, est à l’origine de cette recherche. Si la valeur patrimoniale a fini par être reconnue en 2016 - quand Rosia Montana a été inscrite sur la liste indicative du Patrimoine mondial de l’Unesco – c’est la revendication de reconnaissance de la part de l’UNESCO de la valeur de paysage culturel du village minier paupérisé et plus largement l’usage fait du processus de patrimonialisation dans la lutte de la société civile qui me semblaient remarquables. D’autant plus que cela a permis un éveil aussi bien en ce qui concerne l’importance de la sauvegarde du patrimoine (entendu ici dans l’acception très large d’héritage qu’on a la responsabilité de transmettre aux générations futures), qu’en matière de prise de conscience du pouvoir d’agir non-négligeable des communautés organisées, comme le prouvent bien les nombreux réseaux associatifs [20] renforcés depuis et la récente transformation d’un d’entre eux en parti politique proposant une « alternative honnête » aux pouvoirs corrompus [21].

A Rosia Montana, le scénario de la compagnie canadienne et des dirigeants de l’Etat prévoyait l’installation d’une enclosure représentant une réelle menace socio-économique et environnementale, mais aussi de l’identité culturelle et du mode de vie des habitants de ce village (non consumériste, sobre, respectant la nature). Dans un premier temps, les effets « classiques » de toute enclosure se sont fait sentir - érosion de la solidarité et de la capacité d’autodétermination des règles de fonctionnement de la communauté, tensions, remise en question des formes déjà pratiquées d’exploitation des ressources, dissolution de la communauté, abus patrimoniaux, paralysie économique et départs vers les villes en quête d’emplois. Dans un second temps, le conflit s’est concrétisé par la revendication du droit de décider localement de la manière de développer le territoire.

Droits et devoirs

J’ai saisi l’occasion que cette recherche m’offrait pour questionner la citoyenneté perçue par le prisme de la patrimonialisation d’un espace habité. Dans le cas de Rosia Montana, nous l’avons vu, cet espace habité n’est pas anodin ou paisible, car il fait l’objet d’un projet d’enclosure visant à rendre les habitants dépendants de l’Etat et des marchés qui imposent des règles de développement territorial, qui vont à l’encontre des ententes ancestrales responsables d’une gestion soutenable des ressources du territoire. En effet, la compagnie privée soutenue par l’Etat s’attaque aux droits et libertés de la communauté de Rosia Montana de décider collectivement et démocratiquement des formes de développement économique. Etre citoyen dans ce cas réclamerait-il une attitude docile vis-à-vis d’une direction imposée par l’Etat, économiquement impuissant et indifférent à toute revendication locale, ou supposerait-il plutôt une défense des valeurs communautaires au-delà des marges de manœuvre des structures étatiques et du marché économique ? Affirmer ses droits de décider de l’emploi des richesses dont il est garant et qu’il se doit de transmettre aux générations futures, tout comme prendre conscience de son devoir d’agir, me semble être la plus belle forme de manifestation d’une citoyenneté active et responsable.

Respect de l’intérêt public

Devant un Etat qui subit la pression du néolibéralisme entrepreneurial et qui abandonne le rôle d’instance régulatrice, de bon gestionnaire des ressources publiques et de garant du « bien commun » et de « l’intérêt public », les populations sur le terrain et les associations sont obligées d’agir : on assiste ainsi à la cristallisation d’une société civile puissante dont les moyens d’expression et d’action utilisés à Rosia (actions juridiques, occupation de l’espace public à l’échelle nationale, pétitions, performances artistiques, satire politique, mise en patrimoine et mise en tourisme du territoire, etc.) feront école dans d’autres campagnes de mobilisation sociale (comme par exemple celle contre la rupture hydraulique, ou encore contre l’exploitation des métaux à base de cyanures). On remarque donc une reproductibilité de l’action : un savoir agir et une culture de la mobilisation exceptionnelles pour la Roumanie post-communiste et applicables dorénavant.

De ce fait, il me semble qu’il est possible d’affirmer que, grâce à ce combat de la société civile, on assiste en Roumanie à un rééquilibrage des pouvoirs et à la mise en place de solidarités durables entre les acteurs émergents. Les victoires obtenues par les défenseurs du contre-projet à Rosia Montana en font la preuve et rendent légitimes les actions citoyennes de veille au respect de l’intérêt public, « avec l’Etat, malgré l’Etat, contre l’Etat » pour paraphraser à nouveau Marcelo Lopez de Souza.

Mise en visibilité et montée en compétences

De plus, le conflit semble agir dans le cas de Rosia Montana comme élément socialisateur, permettant de créer ou de resserrer les liens entre les militants d’associations diverses, entre citoyens lambda et experts, entre représentants de classes sociales et groupes ethniques divers, entre spécialistes de divers champs disciplinaires. La menace a aggloméré tout simplement toutes les forces qui s’opposaient au projet générant par la même occasion des plateformes de dialogue. Le conflit a aussi rendu visible et audible le groupe d’habitants qui a gagné en reconnaissance lui permettant de « s’asseoir à la table des négociations » comme acteur à part entière (échanges avec les institutions supranationales telles que le Parlement européen, Europa Nostra, ou Pro Patrimonio etc., débats télévisés, presse nationale et monde 2.0). Dans une perspective positiviste, le conflit a donc permis une montée en confiance et en compétences du groupe d’habitants (capacité d’imaginer un projet alternatif, d’inventer les outils pour sa communication et sa mise en œuvre). De la même façon, la mobilisation de la diaspora a joué un rôle particulièrement important (pédagogie, communication, visibilité) lui permettant de gagner la légitimité de s’immiscer dans les affaires de son pays d’origine. Sa force de proposition s’est retrouvée consolidée et de nouvelles solidarités se sont tissées avec les roumains restés au pays. Enfin, la mobilisation des experts nationaux et internationaux contre le projet d’exploitation a été des plus importantes, car elle cautionnait avant tout une construction patrimoniale durable et bottom-up (il faut rappeler ici le manque de reconnaissance ministérielle de 2009 à 2015 à l’égard de la valeur patrimoniale de Rosia Montana) qui a transformé le regard national sur le patrimoine jusqu’alors institutionnalisé.

La prise de conscience des enjeux du statut de citoyen s’est matérialisée ici aussi par l’obligation d’agir contre l’ensemble des structures menaçant le fonctionnement pérenne d’un ordre communautaire ancien, mis à mal par des stratégies de développement onéreuses et visant l’épuisement des ressources. Etre citoyen dans ce cas nécessitait avant tout la sortie de l’anonymat, de l’indifférence et du défaitisme caractéristiques de la Roumanie des années 1990 et par ces acquis, la lutte pour un développement soutenable de Rosia Montana représente non pas uniquement une victoire exemplaire, mais aussi un savoir agir reproductible que les acteurs et sympathisants d’hier et d’aujourd’hui ne sont pas prêts d’oublier.

Nous l’avons vu, Rosia Montana a représenté pour la société civile une prise de conscience de son propre pouvoir, lui permettant de devenir plus mature et plus efficace. De nos jours, elle représente aussi la preuve que l’abnégation des militants pour la reconnaissance d’un héritage culturel amplement plébiscité paye et qu’un développement qui se veut soutenable ne peut plus faire l’économie d’une adhésion citoyenne aux projets décidés par le monde économique.

De ce fait, ce processus remarquable d’émancipation roumaine ainsi que les outils qu’il mobilise - trop peu étudiés par les chercheurs et dont la confrontation avec d’autres mobilisations sociales qui lui sont contemporaines reste à faire - mériterait, il me semble, de gagner plus l’intérêt du monde scientifique, ce que j’appelle de mes vœux.

Bibliographie

BARRAUD Clément. 2015. « A Rosia Montana, la mine de la démesure ». http://www.lutopik.com/article/rosia-montana-mine-demesure

BOLLIER D. 2014. La renaissance des communs. Pour une société de coopération et de partage, Editions Charles Léopold Mayer.

GINTRAC Cécile, GIROUD Matthieu (dir.) 2014. Villes contestées. Pour une géographie critique de l’urbain. Edition Les prairies ordinaires, coll. « penser/croiser ».

GOTIU Mihai. 2013. Afacerea Rosia Montana, Edition Tact.

Loi n° 350 de 6 juin 2001 (*actualisée*) valable au 19 décembre 2013

Normes méthodologiques du 26 fevrier 2016 d’application de la Loi n° 350/2001 concernant l’aménagement du territoire et l’urbanisme et la modification et la révision des documents d’urbanisme

TRIFA Mihaela. 2013 « L’Or, que l’enfer le mange ». http://www.article11.info/?L-or-que-l-enfer-le-mange

[1David Bollier (2014) dans son ouvrage La renaissance des communs définit les enclosures comme étant : « une forme particulière de brigandage qui survient sans attirer l’attention, en partie parce que les gouvernements s’empressent de les légitimer. [..] Les enclosures sapent les traditions et les identités qui se sont constituées en relation étroite avec, par exemple, un paysage chéri, un édifice historique ou une œuvre culturelle. Arracher ces trésors de leur contexte naturel et les réduire à un prix constitue aussi une attaque directe contre ceux qui en ont été les garants consciencieux et qui les ont dotés de sens et de raison d’être. » Bollier D., (2014), La renaissance des communs. Pour une société de coopération et de partage, Editions Charles Léopold Mayer, p. 51-52.

[2Voir l’entretien réalisé par Florin Balteanu en 2011 avec Stefan Balici, maitre de conférences en conservation et restauration à l’Université d’Architecture et d’Urbanisme « Ion Mincu » de Bucarest et vice-président de l’association « Architecture, restauration, archéologie », impliquée activement dans la sauvegarde du patrimoine de Rosia Montana « Même si les démolitions ont été autorisées par la commune de Rosia Montana, la majeure partie des bâtiments se trouvait dans le rayon de protection d’au moins un monument historique, ce qui réclamait l’avis du Ministère de la Culture dans le dossier de démolition, cela n’a pas été respecté. Le plus grave d’après moi est que n’importe qui peut acheter une commune – dans notre cas historique et de valeur de par son patrimoine culturel d’exception – puis la raser tout simplement. Et le cas des disparitions ‘naturelles’ est encore plus grave. Plusieurs maisons – même dans le centre historique et donc en théorie protégées – ont été abandonnées pendant des années et n’ont donc pas bénéficié de travaux d’entretien ou de protection. Parfois elles ont été ‘aidées’ à se détériorer, dépouillées de tout matériau ou élément constructible réutilisable – fenêtres, portes, sols, tuiles, tôle, etc. – afin qu’elles se transforment en ruine. En 2010, suite aux nombreuses dénonciations de ces destructions délibérées, la compagnie minière a dû intervenir avec des mesures d’urgence, minimalistes, tout en communiquant sur sa mission de sauvegarde d’un patrimoine dont l’état désastreux est à sa charge et qu’elle n’a toujours pas ‘sauvé’ par ailleurs. Je tiens à souligner que dans tous ces nombreux cas, aucune sanction n’a été infligée de la part des agents de l’Etat. » http://www.observatorulurban.ro/interviu-patrimoniu-rosia-montana-ara-2.html.

[3A Bucarest, faute d’une législation contraignant réellement la communauté locale et les propriétaires à s’engager dans la réhabilitation du patrimoine privé, une grande partie des bâtiments se dégradent. Ceux-ci peuvent alors être occupés par des populations sans logis et stigmatisées, qui agissent spontanément ou encore se font instrumentaliser dans le processus de destruction, car certains propriétaires d’immeubles préfèrent valoriser la localisation centrale des bâtiments en les laissant volontairement se dégrader, afin d’obtenir leur déclassement puis leur démolition en raison du risque qu’ils représentent pour les citadins.

[4Ionel Haiduc, président de l’Académie Roumaine ; un collectif de l’Académie des sciences économiques de Bucarest formé autour d’Afrodita Iorgulescu ; Serban Tiganas, président de l’Ordre des architectes de Roumanie ; Sergiu Nistor, président de l’ICOMOS Roumanie ; Serban Sturza, président de la fondation Propatrimonio ; Ioan Piso, directeur du Musée national d’histoire de Transylvanie ; Horia Ciugudean, directeur du Musée national d’histoire d’Alba Iulia ; Monica Margineanu Cârstoiu, chercheur à l’Institut d’Archéologie, présidente de l’association ARA.

[5Denis de Kergolay, président exécutif d’Europa Nostra ; Michel Petzet, président du Conseil de l’ICOMOS ; Serban Cantacuzino, ancien secrétaire de la Commission royale des Beaux-Arts de Londres, président honorifique de la fondation Propatrimonio.

[6Le caricaturiste Dan Perjovschi, les comédiennes Vanessa Redgrave et Maia Morgenstern ; le violoniste Alexandru Tomescu.

[7La marche collective de solidarité Cluj-Rosia Montana 2003 ; la fixation d’un drapeau portant le logo de la contre-campagne Rosia Montana sur le Mont Blanc et l’Everest ; la traversée de l’Europe en bicyclette ; la marche à pied en binôme de Bacau à Bucarest en 2011, etc.

[8http://whc.unesco.org/fr/criteres/ Critères de sélection : (i) représenter un chef-d’œuvre du génie créateur humain ; (ii) témoigner d’un échange d’influences considérable pendant une période donnée ou dans une aire culturelle déterminée, sur le développement de l’architecture ou de la technologie, des arts monumentaux, de la planification des villes ou de la création de paysages ; (iv) offrir un exemple éminent d’un type de construction ou d’ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une ou des périodes significative(s) de l’histoire humaine ; (viii) être des exemples éminemment représentatifs des grands stades de l’histoire de la terre, y compris le témoignage de la vie, de processus géologiques en cours dans le développement des formes terrestres ou d’éléments géo morphiques ou physiographiques ayant une grande signification ;

La protection, la gestion, l’authenticité et l’intégrité des biens sont également des considérations importantes. Depuis 1992, les interactions majeures entre les hommes et le milieu naturel sont reconnues comme constituant des paysages culturels.

[9Association Architecture, restauration, archéologie : http://www.simpara.ro/activitati-108.htm et https://www.facebook.com/asociatia.ara/

[12Malgré les injonctions de la convention de Faro de 2005 - que la Roumanie se garde de ratifier - qui porte sur la diversité culturelle et considère les communautés légitimes dans la participation à la valorisation et la gestion de leur patrimoine dont la valeur ne devrait plus dorénavant être une affaire des spécialistes. http://www.coe.int/t/dg4/cultureheritage/heritage/identities/default_FR.asp

[13http://www.fanfest.ro/ comprenant conférences et débats ; concerts ; théâtre ; films et documentaires ayant comme cadre Rosia Montana ; expositions ; ateliers civiques d’échange et de formation (pour les activistes de l’environnement) ; bibliothèque ; évaluation interactive de la biodiversité ; concours photo ; activités pour les enfants ; marché de produits locaux et artisanat ; circuits touristiques (dont « le tour de la corruption ») ; créations d’art ; équitation…

[15Par exemple : https://www.facebook.com/rosia.montana.in.unesco ; https://www.facebook.com/SOS.Rosia.Montana/ Pour un apport théorique, consulter Lonoyer-Smith Laurence et Wojcik Stéphanie, « La participation politique en ligne, vers un renouvellement des problématiques ? », Participations 2014/1 (N°8), p. 5-29.

[19Des tablettes de bois recouvertes de cire trouvées sur place et datant de 131-167 ap. J.-C. attestent du nom de la localité et de l’activité minière déjà importante pour l’époque.

[20Par exemple, l’association Ce-Re (Le Centre de ressources pour la participation publique) et le Centre de ressources juridiques qui organisent ensemble le Gala des prix pour la participation publique -7e édition en 2016 - récompensant les personnes et organisations qui « sont intervenues dans la décision publique avec impact positif pour les communautés qu’elles représentent ». Ou encore Mining Watch Romania qui assure le suivi, la planification et l’intervention de la société civile et des communautés locales en matière d’activités minières en Roumanie, à Rosia Montana, mais aussi Baia Mare, Rovina, Certej et Baita Craciunesti. Cette dernière a réussi en décembre 2016 à convaincre le Gouvernement de recommander à l’Assemblée Nationale d’interdire pendant dix ans l’usage des cyanures dans l’exploitation des richesses minières.

[21Il s’agit de l’Union Sauvez la Roumanie qui fait suite à l’Union Sauvez Bucarest de 2015 et à l’Association Sauvez Bucarest de 2006. Son président, ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure entre autres, avait gagné une vingtaine d’actions en justice contre la Ville de Bucarest concernant la protection du patrimoine, ainsi qu’une seconde place en 2016 aux élections pour la Mairie centrale. Quelques mois plus tard, il est devenu député suite aux élections législatives de novembre 2016 qui ont placé l’USR en troisième position avec 9% contre 45,5% du Parti socialiste démocrate, leader des élections.

Dossier
Essai

La (dé)patrimonialisation du centre historique de Valladolid (Espagne)

Par Alfonso Alvarez Mora, María Castrillo Romón, Clara Fernández Sánchez
En chantier

Qhapaq Ñan - Réseau routier andin

Un débat entre développement, patrimonialisation et tourisme
Par María Luisa Rendón Puertas
Essai

Usage de la patrimonialisation d’un espace habité et citoyenneté

L’expérience Rosia Montana, Roumanie
Par Ioana Iosa
En chantier

Les Ruines de la patrimonialisation

Amorcer un chantier de réflexion
Par Véronique Zamant
En chantier

La construction sociale du zócalo de Puebla (Méxique)

La patrimonialisation urbaine à l’égard du changement symbolique
Par Mireia Viladevall
Essai

La culture territoriale en question

L’hypothèse de l’engagement citoyen dans la structuration du lien espace, patrimoine, société
Par Nicolas Canova, Pierre-Antoine Landel